Chanson d'Aïol

 

 

 

 

 

 

 

Cette chanson de geste date des XII° et XIII° siècles. Elle est composée de 10983 vers. La première partie a été écrite vers 1160, en décasyllabes à césure 6/4, coupure plutôt rare. La seconde, rédigée en picard entre 1205 et 1215, ne serait qu'un remaniement en alexandrins.

 

L'histoire est la suivante : Elie, beau-frère du fils et successeur de Charlemagne, Louis, doit quitter la cour, disgracié par les intrigues sournoises d'un traître, Macaire de Lausanne. C'est en Gascogne qu'il se réfugie avec sa femme, Avisse. Un enfant nait: Aïol. Tout juste adolescent, ce dernier prend les armes de son père et son cheval, Marchegai, afin de se rendre auprès du roi pour disculper Elie. Il devra subir les moqueries sur ses armes tout au long de son voyage. Cependant, dès son arrivée, il se distingue dans la lutte qui opposait le souverain à un vassal révolté, le comte de Bourges. Il remporte ainsi la faveur du roi. Il est alors envoyé en mission à Pampelune. Il enlève, Mirabel, la fille du roi sarrasin Mibrien. De retour à la cour, il avoue son identité. Elie est rappelé aussitôt. Mirabel est baptisée et Aïol l'épouse. Cependant, le traître Macaire les fait prisonniers et les amène en prison à Lausanne. Le couple aura des jumeaux. Mais Macaire les jette dans le Rhône. Ces derniers, sauvés par un pêcheur, sont conduits à la cour du roi de Venise. Aïol parvient à s'échapper et à retrouver ses enfants. Miravel, quant-à elle, était prisonnière chez son père pour ne pas avoir voulu renoncer à la foi chrétienne. Les rois de France et de Venise, mobilisés par Aïol, livrent une guerre sans merci à Mibrien. Pampelune est prise, Mirabel délivrée et le traître écartelé.

 

Des imitations italiennes et espagnoles existent. Le héros porte le nom d'Aiolfo del Barbicone pour les premières et de Montesinos pour les secondes.

 

L'hypothèse d'une source plus ancienne est soulevée. En effet, certains pensent que le texte proviendrait de la légende de St-Aioul, abbé de Lérins, composée par Adrevald, au IXe siècle. D'autres, comme Robert Barroux, semblent privilégier le fait que les allusions à ce saint sont des inventions du remanieur picard.

 

 

 

 

 

Extrait:

 

 

 

Signor, or escoutés, que Dieus vos soit amis

Li rois de sainte gloire qui en la crois fu mis,

Qui le ciel et le tere et le mont establi

Et Adan et Evain forma et benei !

Canchon de fiere estoire plairoit vos a oir ?

Laissiés le noise ester, si vos traiés vers mi.

Cil novel jougleor en sont mal escarni :

Por les fables qu'il dient ont tout mis en obli ;

La plus veraie estoire ont laisiet et guerpi :

Je vos en dirai une qui bien fait a cierir.

A tesmoig en trairoie maint franc home gentil

Et maint duc et maint conte et maint riche marchis.

N'est pas a droit joglere qui ne set ices dis,

Ne doit devant haut home ne aler ne venir ;

Teus en quide savoir qui en set molt petit,

Mais je vos en dirai qui de lonc l'ai apris.

Il ot en douce France un boin roi Loeys,

Si fu fieus Karlemaigne qui tant resné conquist,

Qui de tant riche roi la corone abati ;

Il ot une seror, ainc tant bele ne vi :

S'avoit a non Avisse al gent cors signori,

Il n'ot tant bele dame en .LX. pais.

Il plot a Dameldieu qui onques ne menti

Que mors fut Karlemaignes et a Ais enfouis.

A Loeys re(s)mest li tere et li pais.

Li traitor de France l'ont de guere entrepris :

Loeys ne set mie u se puisse vertir,

N'en quel de ses chastieus il se puisse garir

Enfressi que al jor que vos poés oir

Que il sa serour done a un conte gentil

Il ot a non Elies, molt fu preus et ardis,

Ainc mieudre chevaliers nen ot auberc vesti(s) ;

Quant il ot espousee la seror Loeys,

Son droiturier signor par qui il ert cheris,

Les traitors de France par armes acoilli

La ou il les pot prendre, ainc raençon n'en prist

Ne avoir ne loier onques n'en requelli :

Del prendre et de l'ochire estoit cascun[s] tous fis,

Et con plus ert haus hom, plus grant justice en fist ;

Ainc n'espargna le grant nie[n]t plus que le petit.

Ançois que li ans fust passés ne acomplis,

Ot il si bien le roi aquité son pais

Que il n'avoit nul home qui guerre li fesist.

Loeys li fieus Karle mal gueredon l'en fist :

Il li toli sa tere et chou qu'il dut tenir,

Et le cacha de France a paine et a essil

Par le conseil Makaire, que ja Dieus nen ait,

Un mavais losengier, un quiver de put lin.

Es landes de Bordele s'en est li dus fuis,

Puis furent tel .VII. an(s) c'onques ne but de vin ;

Moysès, uns hermites, le porcacha et quist,

Par dalés sa capele .I. abitacle fist.

La dame estoit enchainte quant ors de France issi :

Quant vint en l'ermitage, si delivra d'un fil,

Issi con Dieu[s] le vaut et lui vint a plaisir.

Onques nus plus biaus enfes de mere ne nasqui,

Sel leva li hermites et crestian en fist,

Bapteme li dona en son moustier petit,

N'avoit home ne feme ne vale[t] entor l(u)i

U peust prendre non que donner li poist ;

Mais ore m'entendés comment il li avint.

Tant avoit savagine [en ic]el bois foilli,

Culevres et serpens et grans aieils furnis ;

Par de jouste l'enfant .I. grant aiant coisi,

Une beste savage dont vos avés oi

Que tout partout redoutent li grant et li petit,

Et por icele beste que li sains hon coisi

L'apela [il] Aioul : ce trovons en escrit.

Puis fu il chevaliers coragous et ardis,

Et si rendi son pere tout quite son pais,

Et Dameldieu de gloire de si boin ceur servi,

Quant vi(e)nt après sa mort, que en fiertre fu mis:

Encor(e) gist a Provin, si con dist li escris.